VH2

NOUVELLES

By in Nouvelles Comments Off on Le départ d’un héritage

Le départ d’un héritage

Quand Luc Van Honsebrouck avait pris direction du Brouwerij Van Honsebrouck dans les années 60, il a complètement tourné la brasserie d’une brasserie qui produit seulement pils à une brasserie avec la mise au point sur les bières spéciales. “Mon père était visionair”, dit Xavier Van Honsebrouck, le cinqième génération dans son entreprise familiaire. “Pendant les années de 60 il a pris une décision radicale de ne pas encore fixer seulement aux pils. Notre brasserie était avant ses temps et nous récoltons les fruits aujourd’hui.”

Maintenant ils produisent plus que 20 bières spéciales. La dernière addition à la liste est ‘Filou’ (8.5%), que Xavier traduit du Français comme ‘Rascal’. C’est une bière qui est entre Tripel et le Strong Golden Ale, brassée avec 100% pils malt et hop qui contient Golding, Saphir et Saaz. “Chaque propriétaire d’une brasserie familiaire doit créer une nouvelle bière fantastique,” dit Xavier: “Je crois que Filou is la deuxième bière pour moi, après le lanchement réussi du Kasteel Rouge.”

brasserie1La brasserie a récemment enduré une rénovation complète et est reconstruit quelques kilomètres plus loin sur un nouveau site en Izegem, qu’ est 5 fois la surface que la vieille surface. La production annuelle a augmenté du 100,000 à 250,000 hectolitres et quand la reconstruction est fini, ça va coûter plus que 45 million euro. Cet grand investissement pour produire plus que le double accumulé avec Xavier’s ambition pour créer ‘nouvelle bière’, donne perspicacité dans son vision pour le futur et son obsession avec son histoire comme brasseur familiair. “Je suis sympa avec Hans Depypere du Brouwerij St. Bernardus,” dit Xavier. “Il est un entrepreneur. Il ne le fait pas pour l’argent. Moi aussi. Quand tu te lèves et la première chose que vous pensez est de l’argent, vous êtes sur la mauvaise voie.” Ce n’est pas l’argent que Xavier motive, mais sans aucun doute que Brouwerij Van Honsebrouck est un operateur commercial et avisé.

Ils ont déjà succes dans les marchés divers comme Japan et Mexico avec leurs Kasteel, Bacchus et St. Louis. L’export pris compte pour 55% du production. “En Israel, le numero un bière Belgique est Stella Artois,” dit Frederic Boulez, Commercial Directeur dans Van Honsebrouck. “Le numero 2 est Kasteel Rouge.” Leur strategie se fixe sur restaurant, cafés et hospitalité secteurs. “Dans les cafés ils essaient les bières et dans les magasins ils l-achètent,” dit Frederic. “Belgique est un marché du divertissement. Nous essayons maintenant de promouvoir Filou dans l’undistrie hôtelière.” En attendance de continuer le bon travail de son père, Xavier pense grand. “Notre rêve est d’être le location numero 1 pour le tourisme du bière en Belgique,” il dit plusieurs fois. C’est un mantra que vous entendez du personnel dans les départements différents du brasserie.

Leur nouvelle facilité ‘Bierkasteel’ ne bienvenue pas seulement les gens avec une passion pour bière, mais il y a aussi des projets pour organiser tout les festivités à partir de seminaires d’entreprises jusqu’au les réceptions de mariage. Leur salle de foeder est placé stratégique à côté du brasserie, à ce manière les diners ont un fond visuel au 8 tonneaux en bois (4 du 200 hectolitres et 4 du 50 hectolitres), tous les tonneaux en bois sont récemment arrivés du France. Xavier voit innovation comme la clé pour sauver l’historique. Ils sont un des quelques brasseries qui ont les facilités et le know-how technique pour brasser là bière du fermentation spontanée, fermentation haut et fermentation mixé sous un toit.

Et ils n’ont pas peur de produire produits nouveaux. “Une fois chaque mois nous avons un rendez-vous avec un panel d’experts pour faire un brainstorming”, dit Xavier. “Récemment nous avons crée Barista (11%), une bière avec un goût du chocolat et sur une base du caffée. Pour nous aucun idée est fou. Les brasseurs belgiques pensent parfois dans leur box, mais quand nous faisons ça aussi, nous devenons un museum du bière.” Innovation ne signifie pas que vous ne pouvez pas regarder en arrière au historique. “Les brasseries U.S. copient nous,” il dit. “Mais ils apprennent de nous. Nous devenons être plus creatives. Nous devons rester la première dans la position. Mais ça ne veut pas dire que nous ne faisons pas les IPAs. Nous voulons promouvoir la bière belgique mais aussi les protecter. Je voudrais aussi protecter mon tradition familiair.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+

Post navigation

Vous acceptez l'utilisation de cookies lorsque vous consultez ce site web. Plus d'information

The cookie settings on this website are set to "allow cookies" to give you the best browsing experience possible. If you continue to use this website without changing your cookie settings or you click "Accept" below then you are consenting to this.

Close